LA PRÉVENTION DES INONDATIONS : ÉLÉMENTS DE CADRAGE

La gestion des inondations s’articule autour de politiques publiques allant de la prévention à la création d’ouvrages de protection, en passant par la « culture du risque ». Toutes ces thématiques se retrouvent dans la stratégie de gestion des inondations développée par le SAGE Cailly-Aubette-Robec.

NE PAS EXPOSER DAVANTAGE DE BIENS ET DE PERSONNES A UN RISQUE DINONDATION CONNU, est le premier principe majeur instauré par le SAGE Cailly-Aubette-Robec. Ainsi, dans un rapport de compatibilité, le SAGE demande à l’ensemble des collectivités du bassin versant de prendre en compte le risque d’inondation dans l’élaboration de leurs projets d’aménagement du territoire. Au quotidien, la cellule d’animation du SAGE :

  • accompagne les collectivités en charge d’élaborer les PLU, cartes communales et SCoT pour traduire ce principe dans les zonages et règlements d’urbanisme (pas d’ouverture à l’urbanisation dans les zones à fort risque d’inondation)
  • formule un avis sur le risque d’inondation lors de l’instruction des autorisations d’urbanisme (certificat d’urbanisme, permis de construire et permis d’aménager) pour ne pas autoriser de nouvelles habitations et activités en zone à fort risque d’inondation, ou adapter les projet dans les zones à risque faible.


NE PAS AGGRAVER LE RISQUE DINONDATION SUR LE TERRITOIRE, est le second principe majeur instauré par le SAGE Cailly-Aubette-Robec. Son application se traduit par l’édition de règles en matière :

  • de gestion des eaux pluviales pour toute nouvelle surface imperméabilisée (ex : dimensionnement pour une pluie de temps de retour 100 ans, débit de fuite fixé à 2 litres/seconde/hectare).
  • de maintien d’un couvert végétal permanent dans les zones à risque fort d’érosion pour éviter toute aggravation du risque d’érosion liées à des modifications d’usages agricoles.
  • de préservation des zones d’expansion de crues identifiées dans l’atlas cartographique du SAGE (interdiction de remblaiement ou d’ouverture à l’urbanisation).

Compte tenu de la sensibilité du territoire, et considérant que le risque « zéro » n’est pas atteignable, le SAGE Cailly-Aubette-Robec a fixé pour objectif d’atteindre un niveau de protection vicennal en s’appuyant sur un programme d’aménagement hydraulique à l’échelle des bassins versants. Ainsi, la réalisation de nouveaux ouvrages reste nécessaire pour protéger des zones à enjeux importantes.

Les ouvrages hydrauliques sont réalisés et exploités par les collectivités territoriales ayant une compétence en lien avec la lutte contre les inondations. Il s’agit :

  • de la Métropole Rouen-Normandie ;
  • du syndicat de bassin versant de Clères-Montville ;
  • de la Communauté de Communes du Plateau de Martainville.

Le Syndicat Mixte du SAGE est en charge d’assurer la cohérence des différents programmes d’aménagement.

En complément de ce programme de travaux, le Syndicat Mixte du SAGE oeuvre à la création d’aménagements d’hydraulique douce particulièrement en lien avec la profession agricole. Ainsi, la plantation de haies et/ou de bandes enherbées, la préservation de mares,… sont encouragées pour réduire l’impact des ruissellements et de l’érosion sur les zones à enjeux (habitations, captages,…).

La culture du risque est définie par le SAGE Cailly-Aubette-Robec comme l’acceptation par le plus grand nombre, de l’existence d’un risque en vue de s’organiser pour y faire face.

La cellule d’animation du SAGE sensibilise donc l’ensemble des acteurs du territoire (élus, particuliers, entreprises, agriculteurs,…) sur le fait qu’une inondation peu avoir lieu quels que soient les outils de prévention et de protection mis en oeuvre sur le bassin versant. Ainsi, le Syndicat Mixte du SAGE oeuvre quotidiennement pour pérenniser la mémoire sur les anciennes inondations (au travers d’études locales, et de l’élaboration d’une base de donnée historique) et lutter contre le déni du risque ou sa minimisation dans les secteurs les plus vulnérables ;

Des outils de communication et des actions « phares » sont proposées dans le SAGE (ex : pose de repère de crues, élaboration d’une exposition, réalisation de plan de continuité des activités,…). Elles seront progressivement mises en oeuvre à l’échelle du bassin versant.