PRÉSERVER ET RESTAURER LES FONCTIONNALITÉS ET LA BIODIVERSITÉ DES MILIEUX AQUATIQUES

Les bassins versants du Cailly, de l’Aubette et du Robec se caractérisent par une faible présence de zones humides. Ces milieux naturels particuliers ne couvrent plus que 252 ha du lit majeur des rivières (essentiellement à l’amont du Cailly et sur la Clérette), soit moins de 0,1% du territoire du SAGE.

De plus, la grande majorité de ces zones humides sont dégradées et subissent des pressions diverses : urbanisation, remblais, mise en culture, surpâturage…

Le SAGE fixe pour objectif :

  • ne plus dégrader les zones humides existantes, quelle que soit la superficie concernée ;
  • améliorer la connaissance sur leur fonctionnement et leur rôle vis-à-vis des rivières ;
  • mieux gérer et entretenir les zones humides ;
  • restaurer les fonctions des zones humides dégradées ;
  • recréer des zones humides dans les fonds de vallée.

DISPOSITIONS RELATIVES A L’OBJECTIF

DISPOSITION 1 : CARTOGRAPHIE DES ZONES HUMIDES

DISPOSITION 2 : CLASSEMENT DES ZONES HUMIDES EN ZHIEP

DISPOSITION 3 : PROTEGER LES ZONES HUMIDES AU TRAVERS DES DOCUMENTS D’URBANISME

DISPOSITION 4 : GÉRER LES ZONES HUMIDES

DISPOSITION 5 : RESTAURER LES ZONES HUMIDES DÉGRADÉES

DISPOSITION 6 : RECREER DES ZONES HUMIDES DANS LE LIT MAJEUR DES COURS D’EAU

Le territoire du SAGE présente des rivières particulièrement impactées par les activités humaines. Ainsi, sur l’amont du bassin versant (dominante rurale), l‘hydromorphologie des rivières se caractérise par un effondrement des berges (érosion aggravée par le piétinement bovin et l’absence d’une ripisylve adaptée), la présence de biefs perchés du fait des ouvrages et un envasement particulièrement marqué du lit mineur.

Sur l’aval du bassin versant (dominante urbaine), l’hydromorphologie des rivières se caractérise par des berges artificialisées (murs, palplanches,…), un linéaire peu sinueux et une végétation de rive éparse et inadaptée, avec localement une prolifération d’espèces végétales invasives.

Afin d’améliorer la qualité hydromorphologique des rivières du territoire et ainsi contribuer à l’atteinte des objectifs de bon état fixés par le SDAGE Seine et cours d’eau côtiers normands, la structure porteuse du SAGE a finalisé en 2012 un Plan Pluriannuel de Restauration et d’Entretien (PPRE).

Toutefois, la mise en oeuvre de ce plan reste soumis à la définition d’une maîtrise d’ouvrage adaptée.
Compte tenu de ces éléments, il est nécessaire qu’une action forte de protection et de restauration des rivières et des milieux aquatiques soit mise en oeuvre sur le territoire, avec pour objectifs de :

  • lutter contre toute nouvelle dégradation de l’hydromorphologie des rivières ;
  • restaurer l’hydromorphologie des rivières à travers la mise en oeuvre du PPRE.

L’atteinte de ces objectifs implique que les collectivités territoriales et leurs groupements s’investissent fortement pour la restauration des rivières.

DISPOSITIONS RELATIVES A L’OBJECTIF

DISPOSITION 7 : CARTOGRAPHIE DES COURS D’EAU DU SAGE

DISPOSITION 8 : PROTÉGER LES COURS D’EAU DANS LES DOCUMENTS D’URBANISME

DISPOSITION 9 : METTRE EN OEUVRE LE PLAN PLURIANNUEL DE RESTAURATION DE D’ENTRETIEN (PPRE)

DISPOSITION 10 : PRESERVER LES ESPACES DE LIBERTE DES COURS D’EAU

 

La continuité écologique entre le Cailly et la Seine n’est plus assurée, du fait du busage souterrain du Cailly sur plus de 500 mètres, au droit du Marché d’Intérêt National (MIN) de Rouen. Cet ouvrage a pour conséquence de bloquer la circulation des poissons migrateurs (anguilles, lamproies, truites de mer, saumons…) remontant la Seine et régulièrement présents dans la darse Barillon.
De plus, la continuité écologique (circulation piscicole et transit des sédiments) des cours d’eau situés sur le périmètre du SAGE est très perturbée en raison de la présence de près de 200 obstacles sur les bassins du Cailly, de l’Aubette et du Robec. Ainsi, les taux d’étagement (réduction de pente liée aux ouvrages) des rivières sont particulièrement forts :

  • Cailly : 46% de taux d’étagement – 1 obstacle tous les 400 m en moyenne.
  • Clérette : 28% de taux d’étagement – 1 obstacle tous les 600 m en moyenne.
  • Aubette : 49% de taux d’étagement – 1 obstacle tous les 250 m en moyenne.
  • Robec : 50% de taux d’étagement – 1 obstacle tous les 200 m en moyenne.

Cette multiplication des obstacles empêche la circulation piscicole et la libre circulation des engins nautiques non motorisés, perturbe les vitesses d’écoulement et favorise l’envasement du lit mineur des cours d’eau. Il est à noter que la majorité des ouvrages présents sur les rivières n’a plus d’usage identifié et n’est plus entretenue, ce qui entraîne une altération injustifiée des milieux aquatiques. La structure porteuse du SAGE a caractérisé la « franchissabilité piscicole » de l’ensemble de ces obstacles en rivière et identifié les plus impactants pour la continuité écologique.
Toutefois, faute de maîtrise d’ouvrage adaptée, aucune opération de suppression ou d’aménagement de ces obstacles n’a été engagée sur le territoire.
Compte-tenu de ces éléments, une action forte de restauration de la continuité écologique des cours d’eau doit être mise en oeuvre sur le territoire du SAGE en ayant pour objectifs :

  • la restauration de la continuité écologique préférentiellement sur 11 obstacles classés « prioritaires » par la CLE du SAGE Cailly-Aubette-Robec ;
  • la création d’un bras à ciel ouvert sur la partie aval du Cailly d’ici 2021.

Les travaux de restauration de la continuité écologique des rivières ne doivent pas nécessairement être réalisés de l’aval vers l’amont. Par ailleurs, il est nécessaire que toutes les opportunités de suppression d’obstacle à l’écoulement soient saisies, quelles que soient leurs localisations sur le bassin versant, ceci pour contribuer d’ici 2027, à l’atteinte de l’objectif cible du PLAGEPOMI, à savoir un taux d’étagement de 30 % sur chacun des axes d’intérêt migrateur.

DISPOSITIONS RELATIVES A L’OBJECTIF

DISPOSITION 11 : CRÉER UN BRAS A CIEL OUVERT SUR L’AVAL DU CAILLY

DISPOSITION 12 : CARTOGRAPHIE DES OBSTACLES A L’ECOULEMENT

DISPOSITION 13 : RESTAURER LA CONTINUITÉ ÉCOLOGIQUE DES COURS D’EAU EN AGISSANT SUR LES OBSTACLES IDENTIFIES DANS L’ÉTAT INITIAL